Vous êtes ici : Accueil FRActualitésArchives

  • Recherche,

Journée d'etude: " Souveraineté populaire et normalisation politique en europe. 1800-1850"

Publié le 23 novembre 2009

Sous la direction d'Emmanuel Fureix, Laurent Colantonio, Louis Hinckler, François Jarrige et Michèle Riot Sarcey

Date(s)

le 30 janvier 2009

de 9h30 à 18h30

Lieu(x)
Maison de la recherche
Université de Paris IV
28 rue Serpente
75005 Paris
Salle D 116
Dans la philosophie politique, la notion de souveraineté désigne des réalités aussi diverses que l'émancipation de l'individu ou celle d'un pouvoir social, et recouvre des modalités multiples de représentation ou au contraire de « démocratie pure ».

Dans le monde occidental, à partir de la fin du XVIIIe siècle, l'appel à ce principe participe activement à la réinvention de la démocratie. En France, elle porte la marque de la rupture révolutionnaire, en Grande-Bretagne plutôt celle du radicalisme, en Allemagne, en Italie ou en Irlande elle est indissociable de la construction du projet national.

Indice lexical de cette métamorphose aux multiples facettes, pour la première fois, en 1798, le Dictionnaire de l'Académie française définit la « démocratie » non plus seulement comme « gouvernement populaire », mais comme « gouvernement où le peuple exerce sa souveraineté », ajoutant qu'elle devenait aussi une « opinion ». Et cette « opinion », qu'elle soit approuvée ou condamnée, est devenue incontournable autour de 1848.

Il s'agit de repérer, hors de toute généalogie, les moments et les lieux où une souveraineté populaire en actes s'est heurtée à une entreprise de normalisation, venue de l'État, de l'administration ou de groupes dominants (ou concurrents).

Normalisation par le retour à l'ordre, la règle, la continuité, soit plus concrètement la répression brute (cas le plus simple, sans doute), l'imposition d'un sens dominant par les vainqueurs (généralement, une dépolitisation de l'événement), la délégitimation (a contrario, surpolitisation de l'événement par la figure du complot ou de l'idéologie sectaire), mais aussi l'intériorisation de ces interprétations par les acteurs eux-mêmes.
Contact :
Emmanuel Fureix :